Thetravel

De la musique avant toute chose [Paul Verlaine]

 

Trilogie – Saycet

Jaquette de l'abum One Day At Home de Sayect

One day at Home - Saycet

Saycet est un groupe français qui compose de la musique dite onirique, c’est-à-dire qui est propice au rêve. Ce morceau, nommé Trilogie, s’écarte un peu de la ligne habituelle suivie par le groupe. Étrangement, j’ai beau la faire écouter à des amis, personne n’accroche spécialement. Pourtant, elle m’emporte très très loin…

À toute nuit s’associe Morphée, qui porte avec lui le rêve.

Et plongé dans l’ivresse du désir, l’allégresse de l’imagination n’est que brève, car la vie nous rappelle expressément notre nature propre.

L’essence même de la vie est le bonheur, mais il convient à tout être de le définir, car il reste absurde de penser que le fait de vivre nous est imposé.

Pourtant la cruauté de ce choix dépend inéluctablement des prérogatives, et ainsi dire n’est qu’euphémisme.

Ainsi lorsque la boite à musique s’ouvre, il faut garder à l’esprit que l’espoir n’est qu’illusion, que le rêve n’est que fuite, et que chaque réveil n’est que douleur.

http://saycet.org/

 

 

 

Dans : Accès aux Articles
Par thetravel
Le 2 janvier 2013
A 0 h 02 min
Commentaires : 3
 

3 Commentaires

  1.  
    Loue
    Loue écrit:

    J’aime beaucoup :D mais je ne trouve pas ton article en adéquation avec cette musique qui ouvre un porte sur le rêve, qui laisse l’inconscient s’exprimer à travers le subconscient. Quelque chose d’un peu idéaliste pour faire rêver :) comme,
    If you have a wish, dream it. If you have a dream, live it.

  2.  
    Loue
    Loue écrit:

    C’est pas une critique et ma phrase est bidon mais c’était pour que tu visualise un peu l’esprit du truc ^^ enfin je me trompe sûrement chacun à une interprétation différente de la musique

  3.  
    thetravel
    thetravel écrit:

    En fait, le lien que je voulais mettre en évidence est le suivant:
    Dans la métaphore que j’ai écrit, le rêve est quelque chose de magique, et de merveilleux, mais il ne faut pas se fourvoyer, perdre pied, et ne plus distinguer clairement la réalité. C’est là où je voulais en venir.
    Et la musique exprime, pour moi, une sorte d’emportement, avec un beat qui vient se rajouter à un autre, puis un autre, avec la mélodie de fond qui se rajoute, puis le scratch qu’on entend de plus en plus, la mélodie s’accélère etc., et justement, tout s’emporte, comme le rêve, jusqu’au réveil, et c’est justement ce qui se passe à la fin de cette musique, cette cassure, sans transition. Du coup c’est en écoutant ce morceau que j’ai pensé à tout ça, à ce que ça pourrait symboliser.
    Après la musique a de génial qu’elle laisse une énorme part d’interprétation à celui qui écoute, du coup on voit pas tous ça de la même manière :)

Répondre

 
 

Metalissimo |
LA CABANE SONORE |
Funkyblogueusedenosjours |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Groupemusicaldunyonsais
| Kimwildetvarchives
| Ludoprel